fbpx
Recherche
Fermez ce champ de recherche.

Entretien avec le candidat député européen Antonio Amaral

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a interviewé un candidat de l'Initiative libérale pour le Parlement européen. La conversation visait à comprendre leurs perspectives sur l'avenir de l'Europe, les stratégies qu'ils recommandent pour résoudre les problèmes actuels et leur position sur des questions politiques importantes.

 Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

Notre objectif principal devrait être de défendre les valeurs européennes de démocratie, de liberté, de sécurité, de protection sociale et de durabilité, aujourd’hui et à l’avenir, pour les Européens.

Nous sommes confrontés à des crises immédiates, telles que la guerre de la Russie contre l'Ukraine. Nous sommes fermement aux côtés du peuple ukrainien. En outre, nous sommes confrontés à des défis stratégiques, notamment la nécessité d'éviter de dépendre de régimes tyranniques pour énergie, alimentation et technologie. À cette fin, nous préconisons une diversification des fournisseurs par le biais des marchés libres, du commerce international et de la coopération au développement.

Toutefois, les défis les plus importants auxquels nous sommes confrontés sont peut-être moins évidents. Le crise du coût de la vie La situation pourrait s’intensifier, d’autant plus que les plans de relance doivent être remboursés, ce qui pourrait alimenter un populisme accru. Tendances démographiques pourrait avoir de graves conséquences sur nos économies et nos États-providence. De plus, nous perdons compétitivité sur les marchés mondiaux, diminuant notre capacité à générer des ressources et des solutions pour d'autres problèmes urgents, tels que la transition technologique et énergétique.

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

Nous sommes fermement convaincus que l'Europe devrait leader mondial en matière d'innovation. Pour y parvenir, nous devons minimiser la bureaucratie, achever le marché commun et libérer le potentiel créatif de 450 millions d’Européens. Cette vision va au-delà de la croissance économique ; il s’agit de garantir des systèmes sociaux solides et de créer un continent plus durable. Il s'agit de cultiver une société avec des possibilités et des opportunités pour tous.

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

Nous reconnaissons l’immense potentiel de l’IA, ainsi que les risques de son utilisation abusive pour éroder nos libertés et nos droits en tant qu’individus et citoyens de sociétés démocratiques, de libre marché et ouvertes. Tout en acceptant le changement, nous ne devons pas inaugurer des dystopies où les gens sont privés de leurs droits. Et nous ne devrions pas avoir la vanité de microgérer le progrès. La réglementation doit protéger fermement les libertés et les droits, établir des limites éthiques, clarifier des règles d’engagement équitables, tout en restant suffisamment flexible pour permettre à l’innovation de prospérer.

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

Le libre-échange est essentiel pour améliorer la qualité de vie de chacun. Le libre-échange vise avant tout une interdépendance économique mutuellement bénéfique, favorisant la coopération et le développement et unissant les peuples et les nations dans la paix – le libre-échange profite à toutes les parties. L’Europe bénéficie grandement de la production de biens et de services que d’autres régions échangent volontiers contre leur propre production, stimulant ainsi la production économique mondiale, créant de nouvelles ressources et générant des opportunités pour les populations.

Les accords de libre-échange sont intrinsèquement politiques. Certains se sont fortement tournés vers le « commerce géré », une approche que nous ne soutenons pas. Les accords de libre-échange devraient donner la priorité à la suppression des obstacles au commerce international et à permettre aux individus de faire bon usage de leur liberté économique.

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ?

La diversification des sources d’énergie n’est pas seulement une nécessité technique, c’est un impératif géopolitique. Nous ne pouvons tout simplement pas être pris en otage par des régimes ouvertement hostiles aux principes de la démocratie libérale. Nous plaidons pour une baisse des taxes sur l'énergie, le principe de neutralité technologique concernant l'approche gouvernementale en matière de production d'énergie, un réseau énergétique européen plus connecté, un marché commun compétitif basé sur une concurrence libre et ouverte.

 Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

Nous pensons que l’innovation est la voie vers une Europe plus compétitive, favorisant une plus grande prospérité, des opportunités et une qualité de vie améliorée. En tant que fervents défenseurs du libre marché, nous reconnaissons que l’absence de règles peut conduire à une tragédie des biens communs. La réglementation doit protéger les libertés, les droits et les préoccupations sociales légitimes, en s’attaquant aux externalités négatives telles que la pollution, tout en permettant à l’innovation compétitive et ouverte de prospérer. Il devrait garantir une décision rapide, ferme et équitable lorsque les limites sont franchies. Nous soutenons une réglementation sensée, et non une bureaucratie qui donne du pouvoir aux petits pouvoirs, un dirigisme à grande échelle ou qui fait obstacle au progrès. Nous envisageons une société dans laquelle les individus n’ont pas besoin d’autorisation pour poursuivre leur but dans la vie de manière pacifique et productive. Nous pensons donc que le pouvoir politique a le devoir de simplifier la vie des citoyens.

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ?

Le peuple portugais est principalement préoccupé par les problèmes nationaux tels que le coût de la vie, le logement et les soins de santé, projetant souvent ces préoccupations sur l'Union européenne. Sur des sujets plus proches des compétences de l'UE, comme la réaction à la guerre en Ukraine, la durabilité et les fonds de développement, les avis divergent. Certaines factions portugaises préconisent des mesures populistes, telles que l'ingérence dans la BCE, la mise en œuvre de vastes programmes sociaux à l'échelle européenne et l'adoption de politiques strictes à l'égard des migrants. En revanche, les électeurs libéraux donnent la priorité à la réduction de la bureaucratie européenne (exacerbée par la surréglementation nationale), à la réévaluation des fonds pour favoriser les réformes et l'autonomie économique plutôt que la dépendance, et au renforcement de la compétitivité mondiale de l'Europe.

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

Nous pensons que c'est une obligation éthique de l'Union européenne d'accueillir les pays qui ont réussi à respecter les exigences de l'ascension – en particulier le respect des droits de l'homme, des institutions démocratiques et du libre marché – et que nous voulons continuer sur cette voie.

Résultats actuels de la campagne Consumer Champs : les candidats allemands et suédois sont en tête 

Consumer Choice Center est heureux d'annoncer les derniers résultats de notre projet Consumer Champs en cours, une initiative innovante conçue pour guider les électeurs à travers le paysage complexe des positions de politique publique avant les prochaines élections au Parlement européen début juin.

Consumer Champs est plus qu'une simple enquête : c'est un concours qui met en lumière les politiciens qui donnent la priorité aux intérêts des consommateurs dans leur élaboration de politiques. À l'approche des élections, notre projet vise à fournir des informations précieuses aux électeurs, en les aidant à identifier quels candidats dans les 27 pays de l'UE s'alignent sur leurs valeurs sur des questions critiques liées aux consommateurs.

Notre classement actuel présente une compétition passionnante, avec des candidats d'Allemagne et de Suède en tête du peloton. Ces hommes politiques de haut rang ont démontré un fort engagement à faire progresser des politiques qui profitent aux consommateurs, en se concentrant sur des domaines tels que le commerce, la liberté numérique, la réduction des méfaits du tabac, le contrôle de l’inflation, les coûts de mobilité, les politiques alimentaires, la durabilité et les approches énergétiques neutres sur le plan technologique.

Ce classement met non seulement en évidence l'engagement de ces candidats en faveur de politiques favorables à la consommation, mais sert également de guide aux électeurs qui cherchent à prendre des décisions éclairées lors des élections.

« Nous sommes ravis de constater un tel engagement actif de la part des politiciens de toute l'Europe, en particulier de nos candidats les mieux classés d'Allemagne et de Suède », a déclaré Zoltan Kesz, responsable des affaires gouvernementales chez Consumer Choice Center. « Notre objectif avec Consumer Champs est de garantir que les intérêts des consommateurs soient au premier plan du dialogue politique, et ces résultats indiquent une direction prometteuse. »

Alors que nous continuons de surveiller et de rendre compte des positions politiques et des réponses des candidats nationaux, nous encourageons les électeurs à rester informés et à participer activement à l’élaboration d’un paysage politique favorable aux consommateurs.

Entretien avec la candidate députée européenne Birgit Weckler

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a récemment interviewé un candidat député européen de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne pour comprendre son point de vue sur l'avenir de l'Europe, les stratégies qu'il recommande pour relever les défis actuels et ses opinions sur des questions politiques cruciales.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

« Les plus grands défis sont les suivants : 

(1) Parvenir à un consensus sur une réforme de l’UE visant à en faire une puissance européenne mondiale forte face aux autres puissances mondiales, dotée d’une véritable union de défense et de sécurité (voir (2) ci-dessous) et une économie de marché encore plus compétitive et innovante. motivé par un véritable intérêt de l’UE plutôt que par des intérêts nationaux 

(2) Renforcer considérablement la capacité européenne de défense, de sécurité et militaire afin de protéger tous les citoyens de l’UE. 

(3) Nombre élevé de réfugiés arrivant dans l’UE  

(4) Menace posée à la démocratie par les partis et mouvements extrémistes dans l'UE (5) Cyberattaques  

(6) Pénurie de main d’œuvre qualifiée 

(7) Développement démographique dans l'UE  

(8) Changement climatique 

(9) Bureaucratie 

(10) Fausses nouvelles 

(11) Inégalités des personnes au sein de l’UE mais aussi à l’échelle mondiale 

(12) Une coopération internationale réduite combinée à un nationalisme accru.

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ? 

un. L’UE est établie en tant que puissance mondiale européenne forte, respectée par les autres puissances mondiales en tant que principal représentant de l’Europe. 

L'UE est établie comme une puissance forte La puissance mondiale européenne représentant d’une seule voix ses États membres vis-à-vis de la Russie, de la Chine, des États-Unis, de la Turquie et d’autres puissances mondiales. À cette fin, il est important de mettre en place une véritable union européenne de défense et de sécurité. Cela exige en outre que les décisions de l’UE sur la politique étrangère et de sécurité commune soient prises à la majorité qualifiée – au lieu d’être prises à l’unanimité, les capacités militaires des États membres de l’UE soient considérablement renforcées et l’UE dispose d’un commissaire à la défense. 

L'UE établit son propre infrastructure numérique et garantit l'accès de l'UE à un accès sûr, abordable et durable approvisionnement en matières premières critiques, puces et batteries avec une dépendance réduite à l'égard des pays tiers (c'est-à-dire des pays tiers).  

Pour être respectée par les autres puissances mondiales, l’UE est un marché économique fort et compétitif avec des conditions attractives pour l'industrie, les entreprises, les start-ups, la science et les investisseurs et avec un un climat d’innovation, de modernisation et de numérisation, fondé sur le concept d’économie sociale de marché, et une bureaucratie considérablement réduite. 

L’UE est un modèle à suivre dans le monde entier atteindre efficacement les objectifs de protection du climat, basé sur l'innovation technologique et le concept d'économie sociale de marché. 

L’UE protège efficacement ses frontières avec un mandat fort de l'autorité européenne Frontex et des contributions des 27 États membres, et définit et applique efficacement politique migratoire commune  respectant les droits de l’homme et fondé sur ses propres intérêts et besoins. 

b. Des éléments démocratiques considérablement renforcés dans l’UE 

Parallèlement à l'établissement de l'UE en tant que puissance mondiale européenne (voir a. ci-dessus), la « démocratisation interne » de l'UE est considérablement renforcée. Cela inclut notamment un rôle plus fort du Parlement européen dans la nomination de la commission, y compris de son président, un pouvoir de codécision législatif accru et un droit d'initiative juridique à part entière. De plus, le nombre de membres des commissions est réduit (par exemple 15 commissaires). Ils ne devraient plus être proposés par les gouvernements nationaux mais nommés par le président désigné de la Commission, puis approuvés par le Conseil et le Parlement.

Afin de promouvoir la politique européenne dans un véritable intérêt européen, le système électoral du Parlement européen est complété par des éléments de listes de partis transnationaux. Lors des élections au Parlement européen dans dix ans, la campagne électorale des candidats au Parlement européen est (en partie) menée comme une campagne transfrontalière à l'échelle de l'UE impliquant tous les citoyens de l'UE plutôt que de se concentrer uniquement sur l'État membre auquel appartient le candidat. À cette fin, l’utilisation moderne de la numérisation et des outils de traduction modernes fournis par l’UE à tous les candidats devrait faire partie du soutien de l’UE à une telle campagne électorale à l’échelle européenne. 

Ces trois points, dans le cadre d'une réforme de l'UE dans le cadre du prochain congrès européen, soutiendront que les décisions de l'UE soient prises à moyen terme dans un véritable esprit européen, voir point c. ci-dessous. 

c. La politique de l’UE dans les domaines harmonisés/intégrés est motivée par un véritable intérêt de l’UE plutôt que par des intérêts nationaux. 

Les décisions de l'UE dans les domaines harmonisés/intégrés sont prises dans l'esprit d'une véritable intérêt de l’UE plutôt que d’être un compromis entre les intérêts nationaux. 

Les citoyens de l’UE vivent vers un «Mode de vie européen« . Les valeurs centrales comprennent la dignité humaine, la paix et la liberté, la démocratie, les droits de l'homme, l'égalité, l'État de droit et la responsabilité sociale et écologique. 

Il y a Universités européennes dans des domaines « harmonisés » par l'UE, tels que la surveillance bancaire de la BCE, la politique monétaire de la BCE, la résolution des établissements de crédit, le droit de la concurrence, la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Le système éducatif continue de rester le compétence des États membres

70 % des citoyens de l'UE parlent couramment au moins 2 langues de l'UE, et 50%, jeDeal 3 langues de l'UE. C'est l'objectif de tous les citoyens de l'UE, quel que soit leur niveau d'éducation et qu'ils vivent dans les grandes villes ou à la campagne. 

d. Une répartition plus claire des tâches entre le niveau européen et le niveau national dans un souci de clarté 

Les domaines de les compétences de l’UE par rapport aux États membres sont définies plus clairement dans un souci de transparence pour les citoyens et les décideurs de l’UE, en vue de garantir une compréhension et une confiance communes de tous les citoyens de l’UE ainsi que des États membres de l’UE. 

Il est important que le L’UE respecte les particularités, traditions et caractéristiques nationales des États membres, comme les fêtes religieuses et les produits régionaux. À cette fin, le Comité européen des régions devrait être renforcé lors de la prochaine réforme de l'UE. 

De plus, le principe de subsidiarité doit être respecté, c'est-à-dire qu'il doit y avoir un bénéfice clair et une valeur ajoutée pour les citoyens de l'UE si l'UE plutôt que les États membres prend des mesures, par exemple en raison de l'ampleur et des effets de l'action proposée.

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ? 

L'IA offre de grandes opportunités tels qu'une efficacité accrue, la cohérence des résultats et le remplacement du travail manuel de la main-d'œuvre, en particulier en période de pénurie de main-d'œuvre qualifiée à tous les niveaux. L’important est de veiller à ce que les êtres humains, c’est-à-dire les personnes, prennent les décisions cruciales et suivent de près le développement et l’utilisation de l’IA.  

Je soutiens une réglementation limitée de l'IA si des risques concrets (par exemple des violations des droits de l'homme) sont identifiés. Autrement, le développement et l’utilisation de l’IA devraient être laissés à ses utilisateurs pour permettre l’innovation et la concurrence sans surcharger la bureaucratie. Veuillez également consulter ma réponse en 6.

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

En 2023, l'UE-27 a exporté pour environ 2,55 billions de marchandises euros. Les accords de libre-échange réduisent et éliminent les droits de douane et aident à éliminer les barrières intérieures qui autrement entraveraient la circulation des biens et des services. Il encourage les investissements étrangers, promeut l’économie et l’intégration régionales et construit des approches partagées entre les partenaires de la ZLE. D'une manière générale, je crois que Les ALE soutiennent l’économie et la richesse des pays concernés et profitent aux consommateurs

En outre, les ALE peuvent également être un outil pour encourager les réformes intérieures en cours, la libéralisation des échanges et la protection du climat, ainsi que pour favoriser droits humains dans les pays signataires de l’ALE.

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ? 

À mon avis, le objectif de la politique énergétique devrait être de (i) garantir une énergie fiable et abordable pour les citoyens et l'industrie, (ii) soutenir l'UE en tant que marché économique fort avec des conditions attractives pour l'industrie, les start-ups et autres investisseurs, et (iii) atteindre la neutralité climatique dans l’UE d’ici 2050. 

Le plus loin possible, les énergies renouvelables devraient être augmentées et devraient jouer un rôle important. Toutefois, étant donné que l’énergie solaire et éolienne – qui représente env. 75 pour cent de l’énergie renouvelable dans Allemagne – dépendent de la nature et de facteurs non contrôlables, il faut être suffisant d'autres types pour l'approvisionnement en énergie dans des phases avec peu de soleil et de vent (mix énergétique).  

Premièrement, pour permettre un mix énergétique aussi large, étant donné qu'il n'existe actuellement aucune solution, je pense qu'il est crucial de permettre l'utilisation et la recherche de toutes les technologies disponibles, y compris le photovoltaïque, l'énergie éolienne, l'énergie géothermique, l'hydroélectricité, l'énergie liquide et la biomasse solide ainsi que l'énergie nucléaire et les technologies nucléaires innovantes telles que la fusion nucléaire. En particulier, je pense que l'interdiction du moteur à combustion (Verbrennermotor) au niveau européen devrait être reconsidérée et retirée, notamment pour permettre l'utilisation de carburants électroniques, compte tenu des études pilotes réussies à cet égard. 

Deuxièmement, d’ici 2 à 3 ans, il est important que l’UE établisse une véritable union énergétique au sein de l’UE. Cela nécessite une coopération étroite entre les États membres pour développer les infrastructures transfrontalières et le réseau de pipelines pour le transport de l'énergie, par exemple l'hydrogène, et établir davantage de partenariats énergétiques avec des partenaires fiables. En outre, dans certains domaines, il est utile d'avoir la possibilité d'utiliser plusieurs formes d'énergie pour pouvoir s'adapter aux évolutions du marché, par exemple dans les ménages équipés de photovoltaïques et de pompes à chaleur ou dans les voitures hybrides, selon que ceci est raisonnable en termes de coûts et sous réserve des évolutions technologiques futures.

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

«Je préfère un combinaison de réglementation et d’innovation, selon la zone concernée.  

La réglementation peut être utile si (i) des risques ou des problèmes concrets sont identifiés, ou (ii) dans le contexte de l'UE, s'il est nécessaire d'établir une compréhension commune de base entre les États membres de l'UE pour garantir la confiance, éviter les malentendus et soutenir un niveau terrain de jeu. 

D’une manière générale, l’État n’est pas le meilleur gestionnaire d’entreprises. Je fais plutôt confiance à l'expertise de l'industrie et du secteur privé. Par conséquent, à moins qu’il n’y ait une bonne raison justifiant la réglementation d’un domaine, je pense que des principes de haut niveau en matière de réglementation, si nécessaire, sont suffisants pour laisser plus de place à l’innovation et à la créativité de l’industrie, de la science et des start-ups. ce qui, je pense, produit de meilleurs résultats. En outre, toute bureaucratie inutile doit être évitée. 

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ? 

Les principales préoccupations sont les suivantes : 

• L'UE va trop loin dans les compétences nationales sans suffisamment prendre en compte les particularités nationales et les évolutions historiques. 

• La prise de décision dans l'UE est lente et pas toujours efficace. 

• Manque de proportionnalité et trop de bureaucratie dans la réglementation européenne. 

• Manque de respect et d'application de l'État de droit dans certains États membres. • La richesse par ménage dans certains pays de l'UE contribuant de manière substantielle au budget de l'UE semble être inférieure à celle de certains autres pays de l'UE qui bénéficient substantiellement du budget de l'UE et de l'UE. programmes. Certains trouvent cette situation injuste. 

• Tous les États membres ne respectent pas le pacte de stabilité et de croissance sans que la Commission prenne des mesures suffisantes pour garantir cela.»

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

«Je pense que l'adhésion des pays des Balkans à l'UE est un objectif politique et stratégique judicieux, compte tenu de leur situation géographique. Néanmoins, à mon avis, avant que les pays puissent adhérer à l’UE, les deux conditions fondamentales suivantes doivent être remplies : 

un. Le le pays répond pleinement aux critères d'adhérer à l'UE. 

b. Le L’UE doit être réformée avant l’adhésion de nouveaux États membres à l’UE. Dans le cas contraire, avec la configuration institutionnelle actuelle, si davantage de pays adhèrent, la prise de décision complexe d'aujourd'hui devient encore plus compliquée, avec le risque d'une capacité d'action réduite de l'UE. 

Les deux critères s’appliquent également aux pays des Balkans occidentaux, à l’Ukraine et à la Moldavie.

Entretien avec le candidat eurodéputé Philip Johansson

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a interviewé un candidat du parti suédois Pirate au Parlement européen. La conversation visait à comprendre leurs perspectives sur l'avenir de l'Europe, les stratégies qu'ils recommandent pour résoudre les problèmes actuels et leur position sur des questions politiques importantes.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

« Le plus grand problème auquel l'UE est confrontée est la manière dont l'État de droit et les droits de l'homme sont remis en question par certains États membres ainsi que par la Commission européenne elle-même, sur des questions telles que le contrôle des discussions.

La prolifération d’États policiers antilibéraux en Europe est le résultat de l’expansion continue de la surveillance de masse, contre laquelle la lutte est mon principal objectif politique. La première chose qu’il faut reconnaître est qu’il n’y a plus de distinction entre la surveillance de masse de l’État et celle des entreprises ; la surveillance de l’État s’effectue principalement par le biais de portes dérobées permettant l’accès aux données collectées par les entreprises.

Ces entreprises garantissent à leur tour leur droit continu d’exploiter les données des consommateurs grâce à des efforts de capture réglementaire et de lobbying tels que la note politique « Données et confidentialité des consommateurs » du Consumer Choice Center, un document qui ne semblerait convaincant qu’aux législateurs sans expérience en technologie. .»

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

"Ma vision est celle d'une Europe saine qui continue à faire ce qu'elle fait de mieux, comme la protection des droits civils, et en particulier des droits des consommateurs, et les bénéfices que cela apporte, non seulement par une plus grande liberté individuelle, mais aussi par la prospérité à long terme de l'ensemble du pays. syndicat.

Un excellent exemple de la façon de promouvoir la concurrence de manière à protéger l'innovation est la mise en œuvre du mandat de chargeur commun de l'UE, dans le cadre duquel un organisme de normalisation de l'industrie a été chargé de décider du connecteur spécifique et s'est vu confier le mandat de modifier cette norme en l'avenir. Cela évite le verrouillage du consommateur tout en permettant l’innovation future.

Un marché fonctionnel repose sur un consommateur véritablement informé qui choisit entre plusieurs produits ou services significativement différents et en véritable concurrence les uns avec les autres. Toute réglementation du marché devrait s’efforcer de renforcer ces conditions sous-jacentes.

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

« Je pense qu’il faut être prudent en réglementant l’IA générative de manière à accroître les barrières à l’entrée dans ce nouvel espace, où un marché sain avec de nombreux concurrents puissants est vital. Les réglementations sur la manière dont l’IA générative peut être utilisée et sur la manière dont ses produits peuvent être diffusés sont à mon avis inutiles. La désinformation, les images falsifiées, etc. ne sont pas des problèmes nouveaux, nous pouvons utiliser les outils dont nous disposons déjà pour lutter contre ces maux.

Je pense que les réglementations appropriées sont celles qui abaissent les barrières à l’entrée, tout en limitant les comportements anticoncurrentiels et en régnant sur les entreprises qui s’approchent du statut de monopole. Citons par exemple une réglementation qui favorise les modèles open source, qui peuvent être exécutés sur du matériel grand public, au lieu de solutions cloud propriétaires.

Au-delà de l’IA générative, il en existe d’autres types, comme les systèmes utilisés au service de la surveillance de masse. Parce qu’ils sont vulnérables à de nouveaux types d’abus de la part des gouvernements ainsi que d’autres entités puissantes, ils devraient être réglementés. Je pense que la loi sur l’IA récemment adoptée est un pas dans la bonne direction, mais les exclusions pour les autorités chargées de l’application des lois et des migrations sont une déception majeure et autorisent des niveaux dystopiques d’excès d’automatisation de l’État. Je suis également sceptique quant à la manière dont la loi espère que les fournisseurs de systèmes à haut risque se classeront simplement comme tels. Le respect des droits individuels ne doit pas être volontaire.»

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

« Par le simple principe de l’avantage concurrentiel. Si, par exemple, la production d’un produit dépend d’économies d’échelle pour être compétitive, il se peut que le marché intérieur de l’UE ne puisse soutenir qu’une seule de ces entreprises. Cela conduirait à une monopolisation du marché, à moins que nous puissions ensuite étendre le marché pour le partager entre l’UE et d’autres économies amies. L’objectif principal des accords de libre-échange devrait être la seule chose dont ils ont démontré qu’ils peuvent réellement accomplir : accroître la prospérité des parties impliquées.

Je ne suis cependant pas naïf face aux risques que les accords de libre-échange pourraient créer en raison d’une dépendance excessive à l’égard des importations en provenance de pays qui pourraient s’avérer moins amicaux qu’on ne le pensait initialement. Afin de bénéficier au maximum des accords de libre-échange, nous devrions nous efforcer de faire en sorte que l'UE soit autosuffisante, si cela s'avérait nécessaire, ce qui aurait pour effet secondaire d'impliquer également des concurrents nationaux sur les marchés clés, garantissant ainsi aux consommateurs européens d'avoir toujours le choix entre fournisseurs pour tout bien ou service qu’ils souhaitent acheter.

En outre, nous ne devons pas permettre que les accords de libre-échange sapent notre législation dans des domaines où nous sommes déjà leaders mondiaux, ou nous obligent à importer de mauvaises lois telles que les exigences en matière de propriété intellectuelle de type ACTA dans le cadre du TTIP proposé. Au contraire, des accords de libre-échange bien conçus permettent aux normes européennes de protéger même ceux qui vivent en dehors des pays membres.»

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ?

« L’approvisionnement en énergie dépend fortement de facteurs géographiques et économiques. Mon pays d’origine, la Suède, possède une géographie très avantageuse qui permet la production de grandes quantités d’énergie hydroélectrique. Ce n’est pas le cas de tous les pays, c’est pourquoi je pense que la seule initiative de dépenses publiques nécessaire devrait être de continuer à développer le réseau énergétique de l’UE pour permettre à ceux d’entre nous qui bénéficient de la géographie de fournir aux autres de l’énergie verte. De telles expansions de l’infrastructure électrique permettraient également une plus grande proportion d’énergie verte intermittente dans n’importe quel pays, dans la mesure où tout excédent pourrait être vendu sur le marché unique européen, qui, en raison de sa taille, sera naturellement moins sujet aux fortes fluctuations de prix.

Même avec un réseau plus intégré, nous aurions toujours besoin d’électricité de base, et même si je pense que beaucoup de choses pourraient être accomplies grâce à la tarification horaire et aux soi-disant « réseaux intelligents », ainsi qu’à l’expansion de l’hydroélectricité par pompage, nous il faudra probablement encore beaucoup de nucléaire. Le nucléaire est la seule énergie distribuable sans carbone (pour l'essentiel) indépendante de la géographie, mais comme elle a historiquement nécessité d'importantes subventions gouvernementales pour rester compétitive, une minimisation de ces subventions est généralement souhaitable, mais peut conduire à une baisse de l'utilisation du nucléaire, ce qui n’est acceptable que dans la mesure où cela n’entraîne pas une augmentation de l’utilisation des combustibles fossiles.

Il est important de noter que nous devons désespérément réduire notre dépendance aux combustibles fossiles, et je pense que le moyen le plus efficace d’y parvenir est d’utiliser les forces du marché pour imposer un coût financier pour les externalités négatives que constituent les émissions. Dans d’autres pays, cela pourrait être réalisé grâce à une taxe carbone, mais l’UE utilise un système de plafonnement et d’échange. Les compromis entre ces approches peuvent être discutés ailleurs, mais dans notre système actuel, ce qui serait nécessaire, c’est une limitation supplémentaire de l’octroi de crédits carbone, pour compenser les émissions causées par la tarification inefficace des années 2010. »

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

C'est une question étrange. L'innovation, bien sûr. Tout le monde pense évidemment qu'il soutient l'innovation et que la réglementation qu'il soutient est nécessaire, tandis que la réglementation proposée par d'autres est un excès de la part du gouvernement.

Consumer Choice Center, par exemple, semble vouloir être perçu comme fortement anti-réglementation, mais vous soutenez également le gouvernement qui accorde chaque année des droits de monopole à des millions d'entreprises sous la forme de 
propriété intellectuelle. Les brevets et les droits d’auteur sont à mon sens les réglementations qui imposent les plus grands freins à l’innovation, et ils restent largement incontestés. Ces concepts ont été conçus il y a des centaines d’années et appliqués pendant des périodes de temps beaucoup plus courtes. Depuis lors, malgré l’accélération fulgurante du rythme de la technologie et de la culture, leur portée et la durée de leur mandat ont atteint des proportions ridicules.

Cela inclut bien sûr des mesures d'application disproportionnées telles que celles de la directive sur le droit d'auteur dans le marché unique numérique, qui mettent de côté les droits des citoyens et des consommateurs au profit de la recherche de rente par les grandes entreprises titulaires de droits.

Votre collaboration avec le ECR, « The Consumer Case for Intellectual Property », est un étrange coup de propagande qui montre que lorsque les intérêts des consommateurs et des grandes entreprises sont en contradiction, vous ne vous rangez plus du côté. 
avec le consommateur. »

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ?

«Je pense que beaucoup trouvent l'UE confuse et opaque, ce qui me semble être principalement un problème de couverture médiatique compétente. J'espère poursuivre la tradition du parti Pirate consistant à fournir des informations transparentes et compréhensibles aux journalistes et aux citoyens.

Ceux que j'espère représenter en particulier sont ceux qui se soucient le plus du droit à la vie privée dans un monde de surveillance de masse croissante, et qui souhaitent orienter l'UE dans une direction qui protège ses citoyens, au lieu de 
contribuant davantage à une telle surveillance.

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

« À long terme, absolument. Il faut cependant réfléchir à quel serait leur impact sur le climat politique européen, ainsi que sur le marché unique. Si, ou peut-être quand, l’Ukraine rejoignait l’UE, cela plongerait le marché agricole, avec les subventions correspondantes, dans un désarroi total, puisque sa remarquable capacité à produire des céréales surpasserait presque tous les producteurs de céréales actuels de l’UE.

Si, par exemple, la Serbie adhère, l’impact pourrait être plus fortement ressenti dans la dimension politique, car elle s’alignerait probablement sur la Pologne et la Hongrie, approfondissant ainsi le fossé idéologique déjà en train de se former. 
entre les pays membres, un fossé qui constitue déjà un obstacle à la capacité de l'UE à fonctionner efficacement.

Toutefois, si de tels défis pouvaient être surmontés, je pense que les populations des pays membres actuels et des nouveaux venus se porteraient bien mieux ensemble.»

Entretien avec le candidat député européen Linus Nilsson

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a interviewé un candidat des Démocrates suédois au Parlement européen. La conversation visait à comprendre leurs perspectives sur l'avenir de l'Europe, les stratégies qu'ils recommandent pour résoudre les problèmes actuels et leur position sur des questions politiques importantes.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

« Dans l’UE, il y a des questions de souveraineté nationale, d’autodétermination et d’intérêts indésirables de l’UE dans les politiques nationales. La crise frontalière et migratoire et Frontex. Les problèmes liés aux criminels qui utilisent l’espace Schengen comme moyen de commettre des crimes au-delà des frontières nationales.

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

« Ma vision est une Europe unie par notre intérêt pour notre marché commun et nos valeurs communes, mais en même temps unie par un respect mutuel de nos différences culturelles. L’Europe du Nord diffère de l’Europe centrale, occidentale, orientale et méridionale – mais nous sommes également similaires sur certains points clés.

 Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

« Les IA modernes en cours de développement et qui sont actuellement dans l’air du temps sont essentiellement des modèles de langage. Ils peuvent ingérer d’énormes quantités d’ensembles de données contenant diverses informations et, grâce à leurs nombreuses itérations, ils sont très doués pour deviner ce qu’une personne donnée veut qu’elle crache. Cependant, il s’agit fondamentalement d’une nouvelle façon de rechercher et de résumer des informations sur Google, pas plus révolutionnaire que cela. Je pense que l'UE devrait faire très attention à réglementer les nouvelles technologies que la plupart des gens, et en tout cas les politiciens, ne comprennent même pas. Je ne vois donc aucune raison pour que l’UE réglemente spécifiquement l’utilisation de l’IA.»

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?  

« Pour rester simple : nous bénéficions des accords de libre-échange en rendant éventuellement certains produits originaires de pays extérieurs à l'Union moins chers à l'importation. Il peut s'agir soit de biens de consommation destinés aux particuliers, soit de biens de base destinés à la fabrication. Cependant, cela peut bien sûr aussi être plus complexe que cela.

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ?

"La diversification énergétique n'est pas un bien inhérent en soi, mais l'accent devrait plutôt être mis sur la neutralité énergétique de la réglementation (ce qui signifie qu'il ne faut pas travailler contre ou pour un type de production d'énergie en particulier) et sur la suppression des obstacles réglementaires injustes pour une production sans énergie fossile. types de production d’énergie comme l’énergie nucléaire.

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

« Cela dépend évidemment de la question spécifique, mais en général, c'est plus en faveur de l'innovation car la réglementation a tendance à prendre du retard et à étouffer le progrès au sens général. Cependant, il existe un besoin évident de réglementation dans certains cas, en particulier lorsque certaines entreprises obtiennent en fait des monopoles sur certaines technologies et qu’en les réglementant, elles étouffent l’innovation en poussant d’autres acteurs du marché.»

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ?

 « Les citoyens suédois sont particulièrement préoccupés par la fédéralisation continue de l'Union européenne et par son intérêt de plus en plus indésirable pour des politiques nationales qui ne concernent clairement pas le marché intérieur de l'UE, notre frontière commune ou la lutte contre la criminalité européenne. L’UE doit redevenir un objectif unique, celui d’être un projet de libre-échange en Europe, afin que les économies européennes, collectivement, aient les muscles nécessaires pour s’orienter vers les économies mondiales plus vastes.

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

« Accepter davantage de pays dans l’union n’est pas un bien inhérent. Je pense tout d’abord qu’il doit y avoir un lien culturel clair avec l’histoire et l’identité européennes, et que le pays doit partager ces valeurs européennes générales. Deuxièmement, les mêmes exigences qui ont été imposées aux États membres précédents, comme la stabilité économique, un bon Etat de droit, etc., doivent être strictes et ne peuvent en aucun cas être ignorées par un pays souhaitant adhérer à l'Union.»

Entretien avec le candidat député européen Davide Rizzuti

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a mené un entretien avec un candidat au Parlement européen du Parti libre-démocrate allemand. La discussion visait à mieux comprendre leurs points de vue sur l'avenir de l'Europe, les approches qu'ils suggèrent pour relever les défis actuels et leur position sur des questions politiques clés.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

« Lorsqu’il s’agit de défis majeurs en matière de politique étrangère et de sécurité, tels que le soutien à l’Ukraine et à Israël, l’Union européenne ne parle pas d’une seule voix. La démocratie et l’État de droit sont soumis à des pressions croissantes dans toute l’Europe. Les partis radicaux sont largement représentés dans les parlements nationaux et sont parfois en hausse. Les citoyens de l’UE sont confrontés à une inflation temporairement élevée, et les budgets publics sont accablés par des taux d’intérêt plus élevés et des dépenses croissantes. Les entreprises de taille moyenne et l’industrie sont confrontées à des chaînes d’approvisionnement interrompues, à la hausse des prix des matières premières et à une pénurie persistante de main-d’œuvre qualifiée – également pour des raisons démographiques. L’approvisionnement énergétique de l’Union européenne ressemble à un patchwork et n’est donc ni à l’épreuve des crises ni efficace. Lorsqu’il s’agit de technologies de pointe nécessaires pour surmonter rapidement les crises et pour une UE souveraine et à l’épreuve du temps, l’Europe est à la traîne dans la concurrence internationale. À ces défis nationaux et européens s’ajoutent des défis mondiaux : la lutte contre l’immigration irrégulière et les bandes de passeurs, la lutte contre le réchauffement climatique, la concurrence systémique avec les autocraties et les dictatures et la défense contre les cyberattaques.»

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

Premièrement : l’Europe doit devenir plus simple. Pour nous, cela implique également de renforcer le principe de subsidiarité. Les gens ne devraient pas associer l’UE à une réglementation excessive ou à des interdictions, mais à des solutions simples, rapides et compréhensibles aux problèmes de notre époque.
Deuxièmement : l’Europe doit devenir plus forte. Les citoyens doivent être convaincus que les frontières de l'Europe sont sûres, que la migration irrégulière est strictement empêchée, que les personnes contraintes de quitter le pays sont rapidement rapatriées, que l'État de droit est systématiquement appliqué partout en Europe et qu'une puissante armée européenne est là pour protéger les personnes et les citoyens. les gens en cas d'urgence militaire, les intérêts européens sont prêts à agir.
Troisièmement : l’Europe doit devenir une économie de marché. Notre force économique est le facteur décisif dans la concurrence systémique avec les autres régions du monde.

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

«Je veux faire de l'UE un haut lieu de l'intelligence artificielle qui serve les chances des citoyens au lieu de les priver de leur pouvoir. C’est pourquoi je rejette à la fois les désirs de surveillance et les fantasmes de surréglementation. Je m'engage en faveur d'une mise en œuvre non bureaucratique et pratique de la réglementation européenne sur l'IA qui permet l'innovation et protège les droits civils. Je plaide pour un principe d’usage équitable basé sur le modèle américain des données d’entraînement de l’IA. Je souhaite renforcer la compétitivité de l’économie européenne de l’IA et permettre aux titulaires de droits de bénéficier de modèles modernes de monétisation. Je souhaite également utiliser les opportunités offertes par l'intelligence artificielle (IA) dans l'éducation. Les applications d’IA peuvent soutenir l’apprentissage individuel des étudiants grâce à du matériel d’apprentissage sur mesure. L’IA offre également la possibilité de soulager le fardeau des enseignants. Il convient d’enseigner aux étudiants le plus tôt possible comment utiliser l’intelligence artificielle de manière compétente afin de les préparer à un monde du travail de plus en plus influencé par l’IA.»

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

L'UE bénéficierait de la croissance économique, de l'échange de technologies et d'innovations entre les parties contractantes et du renforcement des relations diplomatiques. Les consommateurs bénéficieraient également des accords de libre-échange, car les accords commerciaux élargissent le choix de produits et de services pour les consommateurs et réduisent les prix à la consommation en éliminant ou en réduisant les droits de douane et les barrières commerciales. La croissance du commerce peut également créer des emplois dans les secteurs orientés vers l’exportation comme l’Allemagne.

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, dans votre
avis?

« La solution idéale est la diversification elle-même. L’effort solitaire de l’Allemagne contre les intérêts de nos partenaires européens dans les projets Nord Stream 1 et 2 a été une grave erreur. Notre réponse est une politique énergétique étrangère commune qui crée des partenariats énergétiques avec des pays fiables. La fusion nucléaire offre la possibilité de produire de l’énergie de manière sûre et neutre pour le climat à l’avenir. Je souhaite créer un cadre juridique favorable à l’innovation pour la fusion nucléaire en dehors du droit nucléaire et qui prenne en compte les risques moindres de cette technologie. L’hydrogène et les carburants synthétiques offrent de grandes opportunités en tant que futurs dispositifs de stockage d’énergie. Les carburants alternatifs, tels que les carburants électroniques, devraient être autorisés à la fois comme carburant pur et comme mélange. Les moteurs à combustion ne sont pas nocifs pour le climat en soi, mais plutôt leur fonctionnement avec des combustibles fossiles. Afin de rendre la flotte mondiale de plus d'un milliard de véhicules à moteur à combustion plus respectueuse du climat, nous misons sur le remplacement des combustibles fossiles par des carburants synthétiques et sur l'engagement en faveur du moteur à combustion dans le cadre de la mobilité des personnes. Nous voulons rendre les moteurs à combustion respectueux du climat, pas les interdire. Dans le même temps, je souhaite accélérer le développement des infrastructures et des énergies renouvelables. En outre, le réseau électrique entre les États membres doit être étendu et le marché intérieur européen de l'énergie doit être créé.»

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

« En tant que libéral, je peux répondre facilement à cette question : nous voulons que l’Europe devienne le centre mondial des innovations révolutionnaires et des technologies de pointe. L’innovation augmente l’efficacité et la flexibilité, elle favorise la concurrence, elle garantit la créativité et le dynamisme, elle entraîne une baisse des coûts pour les entreprises et évite une bureaucratie inutile.

Entretien avec le candidat député européen Artur Truš

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a récemment interviewé un candidat député européen du Mouvement libéral (Lituanie) pour comprendre son point de vue sur l'avenir de l'Europe, les stratégies qu'il recommande pour relever les défis actuels et ses opinions sur des questions politiques cruciales.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ?

«Consolidation et unité. Certains États se replient trop sur les intérêts nationaux, certaines approches populistes pour restaurer les frontières, etc. C'est un retour aux années 90. Pas vers le futur.

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

« Plus de libéralisation du marché, une économie ouverte. Budget commun. Militaire commun. Unité. C’est la seule façon pour que l’Europe soit forte et prospère.»

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

« L’IA est un outil fantastique et représente notre avenir si nous sommes capables de la contrôler d’une manière intelligente qui ne nuira pas à l’humanité. Cependant, la société devrait être prudente avec l’IA lorsqu’il s’agit de cybersécurité et avec les criminels qui l’utilisent contre la société.

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

"Moins de monopoles, plus de libre-échange, une entreprise peut se développer sans impôt et commercialiser ses produits dans toute l'Europe, où n'importe quel État membre pourrait en bénéficier grandement."

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ?

« L’idéal, à mon avis, est une combinaison de bon sens entre les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire. C'est une image idéale à la fin. Comme il n’est pas possible de recourir entièrement aux énergies renouvelables dans un avenir proche, celles-ci doivent être partagées de la manière la plus respectueuse de l’environnement et la plus efficace possible.

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

« Préférez l’innovation. C'est un mécanisme moteur pour un avenir meilleur et le progrès de l'humanité.

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ?

« Situation géopolitique dans l'UE et sécurité de chaque État. Je dirais que ce sont les sujets les plus préoccupants.

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

Pas avec les critères d’admission actuels. Ceux-ci doivent être revus. L’UE est déjà immense et souffre de nombreux problèmes internes. Les nouveaux membres doivent être acceptés avec un IDH et une économie plus élevés – cela apporterait donc également des avantages à l’ensemble de l’UE, pas seulement aux bénéfices de l’UE. Il doit y avoir un équilibre à cet égard.

.

Alors que les électeurs rejettent l’interdiction des moteurs à combustion interne, les candidats feront-ils de même ?

Par Bill Wirtz

Selon reportage d'Euractiv, des sondages montrent que les électeurs allemands, polonais et français considèrent l'interdiction des moteurs à combustion interne (ICE) comme la politique climatique la moins appréciée. Parmi les 15 000 personnes interrogées, l’interdiction de l’ICE figure parmi les politiques climatiques les moins appréciées, suivie par les taxes sur le CO₂ et les péages routiers, à l’exception des voitures électriques. Plus particulièrement, la mesure rencontre également un rejet massif dans les blocs électoraux des partis politiques qui, au niveau européen, la soutiennent, notamment « des partis de centre-gauche tels que le SPD en Allemagne, Lewica en Pologne et le Parti Socialiste en France ».

Dans l’état actuel des choses, l’Union européenne a interdit le moteur à combustion interne, qui entrera en vigueur en 2035, ce qui signifie qu’aucun véhicule neuf ne pourra être vendu à partir de cette année-là. Cependant, l’interdiction doit être révisée en 2026 et pourrait être reconsidérée en fonction des préférences des législateurs à ce stade.

L'enquête Consumer Champs auprès des candidats aux élections européennes de juin reflète cette question importante pour la mobilité individuelle en question 2 de l'enquête. Seuls les candidats favorables à une baisse des taxes sur l’essence se verront attribuer 10 points sur cette question. Augmenter les taxes sur l’essence, promouvoir les véhicules électriques ou une combinaison des deux ne leur rapportera aucun point.

Le système d'attribution de points du Consumer Choice Center dans cette enquête représente les souhaits des consommateurs, dont beaucoup participeront aux prochaines élections européennes en juin. Notre raisonnement est le suivant :

Les consommateurs doivent être le moteur de l’offre du marché. Même si des solutions durables sont nécessaires, les interdictions pures et simples contredisent le choix des consommateurs et ne sont pas neutres sur le plan technologique. Les véhicules équipés du moteur thermique ont considérablement réduit leur consommation d'essence au cours des dernières décennies, ce qui constitue une réponse directe à la demande des consommateurs de réduire les coûts d'exploitation de leurs véhicules – cela a fait plus pour la durabilité environnementale des transports individuels que les mesures gouvernementales. Les consommateurs qui choisissent les véhicules électriques restent libres de le faire mais ne devraient pas être privilégiés par rapport aux autres consommateurs, notamment parce que leurs véhicules sont souvent plus accessibles aux ménages à revenus plus élevés que les véhicules traditionnels. D’un point de vue économique, l’UE pénaliserait également sa propre industrie manufacturière en faveur des marchés d’Asie et d’Amérique du Nord.

Entretien avec la candidate eurodéputée Sarah Zickler

Notre responsable des affaires gouvernementales, Zoltan Kesz, a récemment interviewé un candidat député européen du Parti libre-démocrate d'Allemagne pour avoir un aperçu de sa vision de l'avenir de l'Europe, des solutions qu'il propose aux défis actuels et de sa position sur des questions politiques cruciales.

Quels sont les plus grands défis auxquels l’UE est actuellement confrontée ? 

« L'UE est confrontée à un défi de taille pour renforcer son économie afin de retenir les entreprises et d'attirer les investissements. Des actions urgentes, comme la réduction de la bureaucratie et la numérisation des services, sont nécessaires. Le conflit en Ukraine perturbe le commerce et l’énergie, soulignant la nécessité de stratégies communes pour sécuriser l’énergie, renforcer la défense et assurer la résilience économique. La sécurité intérieure et extérieure est liée à la stabilité économique, ce qui nécessite des mesures contre l'immigration clandestine et la promotion de voies légales pour répondre aux besoins de main-d'œuvre. Une réponse européenne coordonnée axée sur la force économique, la sécurité et la cohésion sociale est vitale grâce à des mesures ciblées en matière de croissance, d’innovation et de durabilité.

Quelle est votre vision de l’Europe dans la décennie à venir ?

Au cours de la prochaine décennie, j’imagine une Europe prospère, à la pointe du développement durable et de l’innovation numérique. Mon objectif est une économie compétitive, dynamique et inclusive, mettant l’accent sur une économie verte florissante, des emplois de haute qualité et une infrastructure numérique avancée. La paix, la sécurité, la liberté et l’égalité des chances sont essentielles à la promotion de la liberté individuelle et de l’égalité des chances de réussite. Cette vision inclut une éducation de haut niveau, l’accès aux soins de santé et les avantages de la transformation numérique. Dans l’ensemble, mon objectif est un continent qui brille par sa force économique, sa durabilité et son unité sur la scène mondiale, défendant les valeurs démocratiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, innovant tout en protégeant l’environnement et donnant la priorité au bien-être des citoyens.

Comment voyez-vous le rôle de l’IA dans un avenir proche ? Que pensez-vous de la réglementer ?

« L’intelligence artificielle (IA) jouera prochainement un rôle transformateur en stimulant l’innovation et en contribuant aux gains d’efficacité dans divers secteurs. Cependant, il est crucial de poursuivre une approche équilibrée en matière de réglementation de l’IA pour garantir que son développement et son application respectent les normes éthiques, protègent la vie privée et ne créent pas de nouvelles inégalités. Je plaide pour une réglementation intelligente qui favorise l’innovation tout en établissant des lignes directrices claires sur les questions éthiques, la protection des données et la sécurité.

Comment l’Europe bénéficie-t-elle des accords de libre-échange ?

« Les accords de libre-échange offrent à l'Europe de nombreux avantages, notamment l'accès à de nouveaux marchés, la croissance économique et la création d'emplois. Ils renforcent également la compétitivité des entreprises européennes en leur donnant accès à des matières premières et des composants à des prix compétitifs. Il est toutefois essentiel que ces accords incluent des conditions équitables pour toutes les parties et ne portent pas atteinte aux normes environnementales et sociales. »

De nombreux responsables politiques parlent de diversification énergétique. Quelle est la solution idéale, selon vous ?

« Un approvisionnement énergétique durable est crucial pour l'indépendance de l'Europe et la protection de l'environnement. Ma vision implique d’augmenter les investissements dans les énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire et l’hydrogène et d’améliorer l’efficacité énergétique. Les réseaux intelligents sont essentiels à la distribution flexible des énergies renouvelables, réduisant la dépendance extérieure et renforçant l’autonomie énergétique de l’UE. Reconnaissant le rôle de l'énergie nucléaire, j'insiste sur le respect de normes strictes de sécurité et d'environnement pour sa contribution fiable et faible en carbone à un mix énergétique durable.

Lequel préférez-vous et pourquoi ? Innovation contre réglementation ?

« L’innovation et la réglementation ne sont pas opposées mais peuvent aller de pair. L’innovation est essentielle pour relever bon nombre des défis auxquels nous sommes confrontés, tandis que la réglementation est nécessaire pour garantir que les nouvelles technologies et les nouveaux modèles économiques fonctionnent dans le meilleur intérêt de la société. Une réglementation bien pensée peut guider et promouvoir les innovations en établissant des cadres clairs tout en assurant la protection des consommateurs et des conditions de marché équitables.

Quelles sont les préoccupations de vos électeurs concernant l’Union européenne ?

« Les électeurs sont avant tout préoccupés par la sécurité, l’économie et la migration. Une coopération renforcée, une stratégie de défense solide et des mesures globales contre les cybermenaces sont essentielles à la sécurité des citoyens : les préoccupations économiques se concentrent sur la création d’emplois dans un contexte de numérisation et de changements structurels. Favoriser l’innovation, soutenir les PME et garantir la compétitivité mondiale sont des priorités. L’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie sont essentiels pour préparer la main-d’œuvre aux changements économiques. Répondre aux préoccupations implique une politique migratoire réglementée, prenant en compte la sécurité des frontières et les obligations humanitaires. Les voies migratoires légales et sûres doivent répondre aux besoins économiques sans dépasser les capacités des États membres. La pénurie de logements amplifie les inégalités sociales, notamment dans les zones urbaines. Les solutions incluent l’investissement dans le logement abordable, la promotion d’une utilisation innovante de l’espace et le renforcement du logement social tout en luttant contre la spéculation du marché en faveur d’un accès généralisé à un logement adéquat et abordable.

Pensez-vous qu’il soit sage d’accepter davantage de pays dans l’Union ?

« L’expansion de l’UE peut être judicieuse si les nouveaux membres partagent les valeurs démocratiques de l’Union, contribuent à la force économique et sont disposés à adopter la législation européenne. Toutefois, chaque processus d'expansion doit être soigneusement évalué afin de garantir que les États membres actuels et potentiels puissent bénéficier de l'élargissement sans surcharger la capacité institutionnelle de l'UE.»

La nouvelle enquête Consumer Champs est l'occasion idéale pour les décideurs politiques et les consommateurs de l'UE de faire entendre leur voix.

La nouvelle enquête Consumer Champs peut constituer un outil important à l'approche des prochaines élections européennes, où les consommateurs pourront en savoir plus sur leurs candidats et les obliger à rendre des comptes sur une question donnée.

Plus que jamais, les consommateurs européens ont besoin de personnalités politiques capables de relever les défis de cette période de turbulences. Entre le 6ème et 9ème En juin de cette année, les électeurs des 27 pays de l'Union européenne pourront choisir 751 nouveaux membres du Parlement européen pour représenter leurs intérêts. Tout candidat à ce poste doit être prêt à faire face à une avalanche de problèmes allant de l’inflation galopante actuelle et de la crise du coût de la vie au maintien d’un approvisionnement constant en énergie pour les foyers européens ordinaires dans le contexte de l’invasion injustifiée et illégale de l’Ukraine par la Russie. Dans le même temps, ils devront comprendre et exploiter le potentiel des nouvelles technologies comme l’intelligence artificielle ou les nouvelles techniques de génomique agricole s’ils veulent laisser un avenir prospère et meilleur aux consommateurs.

Identifier des personnalités politiques qui remplissent tous ces critères peut sembler une tâche herculéenne. Il existe des milliers de candidats potentiels dont les positions peuvent rester inconnues de l’électeur ordinaire. En outre, chaque sujet politique vital pour les consommateurs est complexe en soi, et il est pratiquement impossible de tous les maîtriser.

Heureusement, le Consumer Choice Center a travaillé dur pour mettre au point Consumer Champs, une enquête complète à venir auprès des futurs députés européens. Il utilise une batterie de questions liées à des sujets tels que l'ouverture au commerce, les politiques numériques, la sécurité alimentaire et les causes de l'inflation pour classer les candidats en fonction de leur volonté de lutter pour les droits et libertés des consommateurs.

L'enquête résout de nombreux problèmes liés à l'identification de représentants dignes des consommateurs européens. D’une part, c’est l’occasion idéale pour les candidats d’exprimer leurs opinions politiques de manière transparente. De cette façon, chacun peut voir si les politiciens sont plus attachés à défendre un statu quo bureaucratique ou s’ils sont véritablement investis dans la responsabilisation des consommateurs individuels à faire des choix par eux-mêmes. Alternativement, des concurrents moins connus peuvent utiliser le questionnaire pour présenter leur cas devant un public plus large et vanter leurs qualités de consommateur dans le classement.

Cependant, ce sont les consommateurs qui ont le plus à gagner du projet, tant en termes d’information que d’engagement politique. Au minimum, les résultats de l'enquête seront présentés sur le site Consumer Champs et ainsi fournir une source en ligne fiable de candidats que tout électeur peut consulter (réduisant le facteur inconnu de l'élection). Plus encore, les consommateurs peuvent agir et tenir les candidats de leur circonscription responsables de leurs idées politiques, les inciter à prendre plus au sérieux les préoccupations des consommateurs ou à nommer une autre personne qui, selon eux, devrait être un champion des consommateurs.

Le candidat idéal est conscient des multiples causes de l'inflation, notamment des effets néfastes des subventions politiquement avantageuses et des taxes supplémentaires sur les moyens de subsistance des consommateurs. Ils comprennent qu’un secteur énergétique stable et sûr nécessite une neutralité technologique et un cadre réglementaire dynamique qui permet aux prix de fonctionner et à la concurrence sur le marché de bénéficier aux consommateurs. Le meilleur candidat comprend les risques associés à l’intelligence artificielle générale, mais reconnaît également les énormes avantages que la technologie apporte en créant un environnement technologique favorable à l’innovation. Ils pratiquent le caractère raisonnable en ce qui concerne les normes alimentaires : si les anciennes techniques de mutation sont autorisées, alors des outils modernes beaucoup plus coûteux, comme les nouvelles techniques génomiques, devraient également l’être. Les consommateurs méritent de tels députés, et Consumer Champs aide à les trouver. 

Lire l'article original ici

fr_FRFrench